AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 and you know my heart by heart (buckley²)

Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Suki Buckley
can't afford to fail

new yorker since : 29/04/2018
talks : 33
∘ dollars : 68
∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘



MessageSujet: and you know my heart by heart (buckley²)   Jeu 3 Mai - 20:15




andrea & suki
and you know my heart by heart

@Andrea Buckley,
Code:
je passe manger ?

@Suki Buckley,
Code:
je vais te faire des merveilles.

ou non.
à cette idée, elle soupira, devant le four, accroupie, les sourcils froncés, les yeux rivés sur les boursouflures de petites pâtisseries cramées. jusqu'à la moelle, semblerait-il. les prétendues merveilles qu'elle était censée présenter à son grand frère qui arrivait dans moins de vingt minutes. se résignant à faire ses adieux, suki buckley ouvrit avec colère la porte du four pour verser les morts-au-combat dans la poubelle qui n'en était pas à ses premières expériences de cimetière sur pattes. il fallait se rendre à l'évidence : ce n'était pas aujourd'hui que la seule fille des buckley allait prouver ses talents de pâtissières à son acolyte. le coeur y était, pourtant. elle avait finir par boycotter toutes les émissions de cuisine au monde, tant ces dernières s'amusaient à prôner le talent culinaire s'éveillant en ceux qui parvenaient à réaliser l'impossible de manière purement instinctive.  
ce n'était pas faute d'essayer, pourtant. elle se rappelait encore des longues après-midi passées à suivre scrupuleusement la recette des sablés de sa maman italienne, le mercredi. dans l'idée de les offrir à son grand frère lorsque celui-ci serait revenu de sa virée quotidienne. encore fallait-il que ces pâtisseries aient ressemblé à quelque chose à un moment donné. la déception de la semaine, ce foutu mercredi. le reste de la journée de ce défunt jour, elle le passait à bouder, la petite suki. elle mesurait alors l'amour de son frère à sa capacité à avaler ces petits pains cendrés aussi laids soient-ils dans le but de la faire sourire. une petite perle, ce garçon.
songeant à ces moments de douceur passés, un petit sourire se dessina sur les lèvres rosées de la belle italienne. sourire qui s'intensifia lorsqu'elle jeta un œil au ragoût qui mijotait dans la casserole. contrairement aux muffins, celui-ci se portait très bien. elle avait toujours eu plus de chance avec les recettes salées, de toutes manières.
ding donc.
décidément, que de bonnes nouvelles. par petits pas rapides et guillerets, façon de se mouvoir qui lui était propre, elle ouvrit la porte à la volée et - comme si elle venait de redécouvrir l'Amérique - déclara à son aîné qui venait de débarquer : « andy, mon ragoût est vivant ! » enfin, pas tout à fait. mais l'idée était là. il était mangeable, voire plus. un grand pas pour la jeune femme. comme à son habitude, elle se jeta dans les bras de l'homme de sa vie, mais finit par reculer légèrement, sans pour autant le lâcher, afin de lui lancer un regard des plus graves : « bon, par contre, je t'avouerai que les muffins n'ont pas survécu. mais on ne peut pas tout avoir, dans la vie. » contente toi de ce que tu auras, en somme. car tu es un grand chanceux, petit scarabée. sourire angélique. après tout, quel plaisir de le voir, ce grand brun aux allures de prince italien. elle ne supporterait pas l'idée de manquer de lui plus d'une journée. s'il fallait brûler tous les muffins de la terre pour garder leur complicité, elle n'hésiterait pas une seule. un cimetière de muffins au nom du grand andrea buckley, je vous prie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Andrea Buckley
can't afford to fail

new yorker since : 01/05/2018
talks : 35
∘ dollars : 107
∘ TO THE GOOD OLD DAYS ∘



MessageSujet: Re: and you know my heart by heart (buckley²)   Sam 5 Mai - 20:57

Un message envoyé et le tour est joué, tu vas aller rendre une petite visite à ta soeur. Ta soeur, c'est plus que ça, des fois, tu te dis que ce mot n'est pas assez représentatif de tout ce que tu ressens pour elle. Pour sûr, elle est tellement plus. Elle est cette femme pour qui tu ferais tout, elle est la femme de ta vie d'ailleurs. Son avis est toujours celui qui est bien plus considéré que les autres. S'il y a bien une personne au monde dont tu ne pourrais pas te passer, c'est d'elle. Tu n'imagines d'ailleurs pas des semaines sans avoir de ses nouvelles. A peine deux jours, et tu as cette sensation qui ressemble à un besoin. Le besoin de la voir, de la croiser, de lui parler, prendre des nouvelles. Où elle en est dans sa vie ? T'imagines bien que ça n'a pas tant changé que ça, parce qu'elle t'aurait appelé, parce qu'elle t'aurait tenu au courant, mais quand même. Tu l'aimes, t'y peux rien. S'il y a bien une personne qui arrive à briser ta carapace et se rendre compte de tout l'amour que tu peux donner, c'est elle. Tu sors rapidement de cosmopolite, tu t'arrêtes juste avant dans une petite épicerie histoire d'acheter une bouteille de vin puis tu files chez ta soeur. Elle n'habite pas trop loin, tu y arrives plutôt rapidement et t'es déjà en train de sonner. Quelques secondes, la porte s'ouvre sur le sourire radio de ta petite soeur. Tu le lui rends alors qu'elle t'affirme qu'elle a réussi son ragoût. Vraiment ? T'es choqué, c'est vraiment pas dans ses habitudes ! Tu vois ! Tout est possible finalement. Tu la taquines, doucement, parce que tout le monde sait que ta soeur et la cuisine c'est pas tellement ça. Pour dire, t'es presque certain que tu cuisines mieux qu'elle. Tu la prends doucement dans tes bras, tu la regardes avec toute l'affection qui déborde à chaque fois que tu poses ton regard sur elle. Comme tu dis, on peut pas tout avoir, en contre parti, j'ai ramené une bouteille de vin, ça fera l'affaire. tu lui assures, tu souris, tu déposes tes lèvres sur son front avant de reculer sans la lâcher, non. Ton bras par dessus ses épaules tu l'accompagnes dans son appartement, que tu connais par coeur. T'aurais quand même pu aérer un peu parce que ça sent le cramé. tu ris, en allant ouvrir une des fenêtres de sa cuisine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
and you know my heart by heart (buckley²)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ma collection de vernis OPI...
» RAL MAC
» bàrbie ♦ total eclipse of the heart.
» Takochus d'Alie
» FIONA BUCKLEY.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
— BE THE BOLD TYPE. :: III □ NEW YORK, USA :: staten island-
Sauter vers: